Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 15:30

                                                      Huile sur toile 116x89 cm 

                                                   Huile sur bois 110x80 cm 2015

                                                Huile sur toile 100x100 cm 2012

                                                 Huile sur toile 116x89 x2 - 2016

                                                  Huile sur toile 85x79 cm 2012

                                                 Huile sur toile 90x90 cm 2014

                                                 Huile sur toile 100x81 cm 2016

                                               Huile sur toile 100x100 cm 2011

                                               Huile sur toile 100x100 cm 2019

                                                 Huile sur toile 100x81 cm 2016

                                                  Huile sur toile 55x46 cm 2015

                                                 Huile sur toile 55x46 cm 2015

                                                Huile sur bois 54x44 cm 2014

Voir les commentaires

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 15:27

 

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 15:21

 

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 15:09

162x130 cm 2016

162x130 cm 2016

162x130 cm 2016

162x130 cm 2016

162x130 cm 2016

162x130 cm 2016

 

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:16

Expo GAGEZ

 

DSCF5762.JPG DSCF5764.JPG

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:10

UNE-CouvMiroir27BDEF-1-copie-1D’abord, il y a la matière. De la peinture en larges couches au cœur de laquelle le rêve prend forme, mine de rien, sans avoir l’air d’y toucher. Sans doute, dans le secret de l’atelier de Louis Gagez, distingue-t-on déjà les prémices de l’œuvre à vernir. Mais rien n’est encore joué, rien ne s’impose. Puis l’artiste ponce, gratte, laisse couler la peinture, provoque des plissements, des reliefs, comme le ferait sur la terre quelque gigantesque mouvement de terrain. Alors, peu à peu, apparait la poésie, des formes évocatrices, des tessons de paysage, de brèves échappées de lumière. Là se joue l’avenir du tableau, dans cette genèse colorée, encore indistincte, brumeuse peut-être. « J’aime traiter la matière avec gourmandise, son contact, son odeur, sa lenteur d’exécution, qui laisse au regard le temps d’envisager le reste. » écrit Louis Gagez, qui par un cheminement paisible parvient au moment ultime où le tableau se révèle, où il ne faut plus rien toucher, où le paysage emporte le regard vers des ciels profonds, au cœur duquel le bleu se démultiplie, chante et se désenchante, résonne comme l’écho sonore de quelque chose qui nous dépasse.

Loin de la vaine animation du monde, ainsi qu’il aime à le répéter, Louis Gagez crée les substances d’un rêve éveillé, où la beauté n’est pas un vain mot. Ses ciels, ses paysages, ses lignes d’horizon épurées, illuminent son œuvre et nous font basculer dans d’intemporelles visions. Ainsi que le note Joseph Assouline : « Des strates superposées, grattées, poncées forment in fine un épiderme à la surface du support. Une peau qui témoigne dans toutes ses transparences, sillons, anfractuosités, de l’épaisseur de temps vécu de la peinture advenue au statut d’être respirant : le paysage vit ». Car en effet, la spécificité première de l’œuvre du jeune peintre abbevillois est de rendre le paysage frémissant de vie, à fleur de toile animé de soubresauts intérieurs, comme parcouru par quelque source souterraine dont nous n’aurons jamais le secret.

La maîtrise technique de ce travail aux confions de l’abstraction et de la figuration lui confère une volupté rare, quelque chose de l’ordre de la jubilation. Observer l’un de ces tableaux, c’est accepter quelques instants de se laisser porter par un vent léger, loin des turpitudes de nos vies terre à terre, c’est donner sa chance à la poésie, c’est prendre du silence la meilleure part, celle qui bruit d’émerveillement.

 

Ludovic DUHAMEL

 

Exposition à la galerie Duchoze, Rouen (76)

jusqu'au 10 septembre 2011

www.duchoze.com

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 13:23

 

 

 

antifer.jpg DSCF4210.JPG

 

“On connait bien Bruno Régnier : musicien, arrangeur, compositeur, chef d’orchestre. On connait bien ses X’tet et CinéX’tet, Mais, on sous-estime son talent de compositeur. Sur la Scène Nationale d’Orléans, Bruno Régnier a mis en musique les peintures d’un jeune artiste : Louis Gagez. (ndr : Autant le dire tout de suite, je n’ai pas souhaité joindre une photo d’une peinture - bien que l’envie ne me manque pas - de Gagez, car cette photo ne ferait pas ressortir le plaisir stupéfiant que j’ai pu ressentir en zieutant au plus près ses oeuvres dans la petite galerie de la Scène Nationale d’Orléans juste avant le concert du X’tet. Il faut les voir en vrai, en face de soi et frissonner.)
... Gagez a un secret : il travaille l’obscurité de sa toile, la colore d’un jus blanc, puis gratte, ponce, sculpte et découpe sa peinture. Le résultat est emballant. Cette méthode de travail originale a été un élément déclencheur pour Régnier : il y a trouvé une correspondance avec sa façon de composer. Le même langage de travail.
  Exigeant que de mettre en musique des peintures contemporaines ! Il faut trouver    un fil conducteur, illustrer la musique pour susciter l’envie de les voir chez          l’auditeur. Lors du concert, une vidéo nous est projetée. Elle montre les peintures de Gagez sous tous les angles, avec des filtres de couleurs, cachées dans l’obscurité ou sur-éclairées. On découvre la main du jeune maître manipuler les couleurs, tapoter la toile, triturer les pinceaux et sculpter la peinture. Les images amènent le spectateur à dompter les sons pour les associer aux toiles : boisé de clarinettes qui évoque des atmosphères étouffantes, orageuses trompettes et grelons en percussion, étal de peinture sur trombone large, picotement de pinceaux pour clarinette taquine.
Par tous les moyens, Régnier déploie les atmosphères, les transcendent parfois : certaines que l’on perçoit, d’autres qu’on devine. Surtout, Le compositeur a tout compris de l’oeuvre de l’artiste. D’abord obscure ou opaque - c’est la première impressions des peintures de Gagez - sa musique se fait doucement pop, nous entraîne dans son swing subtil et nous fait entrer au coeur des rouages de la toile... Au fur et à mesure du concert, Régnier met en exergue l’aspect enjoué et lumineux de la peinture de Gagez : ce petit côté mystérieux qui nous attire. Inexplicable. Plus qu’une mise en musique, Régnier s’est mis au service de la peinture avec une proposition musicale apaisée et léchée - se détournant d’une interprétation libre dans la musique - où l’on perçoit odeurs, chaleurs et vents. Régnier met en musique nos sens.”

 

Jérôme Gransac – Les Dernières Nouvelles du Jazz

 

Huile sur toile, 97x130, 2009

 

 

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 12:54

mpressions contemporainesExposition "Impressions contemporaines" 

Dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, la Région accueille en partenariat avec la galerie Duchoze les “Impressions contemporaines“ de 12 peintres bien ancrés dans le XXIe siècle. Du 21 juin au 4 septembre, des grands noms de la peinture actuelle se donnent à voir à l’Hôtel de Région de Rouen.

Artistes présents : Anne-Claire Schmit, Philippe Garel, Jean-Pierre Le Bozec, Jean-Yves Aurégan, Denis Rivière, Tony Soulie, Marc Boutrais, Jean-Louis Cliville, Yves Crenn, Thierry Dalat, Louis Gagez et Romano Zanotti.

 

149845_456580411723_730606723_5640641_3440544_n.jpg      sans-titre-2---2009--42x60-cm.jpg     

 

 

Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 12:35

 

casdecoleLivre d'Art
cas d'école
Une libre compagnie de peintres
autour de Philippe GAREL
Rouen 1980-2005

Texte de Joseph Assouline
Artistes présentés : Marc Boutrais, Jean-Louis Clivillé, Yves Crenn, Louis Gagez, Hervé Heuze, Marc Lemoine, Sophie Morisse, Rodolphe Mabille, Gilles Marrey, Olivier Ponchut

Autour de Philippe Garel, de 1980 à 2005, à l'Ecole des Beaux-Arts de Rouen, de jeunes peintres se sont élevés spontanément pour revendiquer la pratique d'un art vieux comme l'homme, celui de figurer…

 

Extrait:     Louis GAGEZ

 

 

Partir de quelque accident fortuit ou provoqué; travailler à déposer en strates successives, distinctes, conduites, les couches de pigment, puis revenir cette fois en sculpteur, « per via di levare » par ponçage, grattage, balayage ; puis reconduire encore, cette fois en imprimeur aquafortiste, des jus de pigment dans les creux, les stries, les griffures…

Ce lent et patient travail de mariage du sec et de l’humide, de frottement en ruissellement, de décapage en coulure n’évoque-t-il pas irrésistiblement l’œuvre même des éléments atmosphériques, géologiques dans leurs inscriptions fortuites au naturel ?

 

 

Une étoile guide les errances, les dérives successives où la volonté défaille, où les accidents se chevauchent, où rien d’identifiable ne surgit : cet astre, tenseur sous-terrain de l’entreprise est toujours le vouloir figurer, dire le paysage, sans renoncer même à un certain pathos romantique .

 

 

Des strates superposées, grattées, poncées  forment in fine un épiderme à la surface du support. Une peau qui témoigne dans toutes ses transparences, sillons, anfractuosités, de l’épaisseur de temps vécu de la peinture advenue au statut d’être respirant : le paysage vit.

Parcours infinis des surfaces successives caressées, recollées, déchirées, déchiffrées.

 

Si création il y a, elle gît dans l’évidence première où Gagez emboîte le pas, avec pigments et outils, au travail des éléments, depuis le ruissellement, les désagrégations, le décapage, l’évaporation… pour figurer sur ses fragments de toile (il découpe aussi des formats importants) des paysages ouverts en un clin d’œil oblique sur le naturalisme le plus littéral.

S’impose un état d’inévitables accidents constituant la figure où l’on balance entre hypernaturalisme et nature-fiction.

 

Le voilà explorateur d’espaces inadvenus, les Indes Occidentales exigeaient de Colomb qu’il crût à la route de la soie pour atteindre son Amérique.

 

                                                                           Joseph ASSOULINE

 


Published by louisgagez.over-blog.com
commenter cet article

Contact

louis.gagez@free.fr



Louis GAGEZ

né le 13 Juillet 1979      



Diplômé de l' Ecole des Beaux-arts de Rouen


 

                EXPOSITIONS PERSONNELLES

___________________________________________________________________

2016  RM Galerie, Bourg en Bresse

 

2015  Galerie L’Etranger, Grenoble

 

2014  Galerie Daniel Duchoze Art Contemporain, Rouen

 

2012  La Prévoté, Saint Aignan sur Cher

 

2012  Château des Stuarts, Aubigny sur Nère

 

2011  Galerie Daniel Duchoze Art Contemporain, Rouen

 

2009 "Au large d'Antifer" Centre National d'Art Contemporain, Orléans

 

2009 Résidence aux "Maisonnettes" chez Lili et Nadia Boulanger, Gargenville

 

2008  Galerie Daniel Duchoze Art Contemporain, Rouen

 

2008  Atelier 82, galerie Claude Bourgeois, Barbizon

 

            EXPOSITIONS COLLECTIVES

___________________________________________________________________

2015  RM Galerie, Bourg en Bresse

 

2014  Galerie Daniel DUCHOZE Art Contemporain, Rouen

 

2013  Centre d'Art Contemporain, Saint-Pierre de Varengeville

 

2013  Galerie Daniel DUCHOZE Art Contemporain, Rouen

 

2011  Galerie Daniel DUCHOZE Art Contemporain, Rouen

 

2010  "Petits formats", galerie Daniel Duchoze Art Contemporain, Rouen

 

2010 "Impressions contemporaines", Hôtel de Région, Rouen

 

2007   Exposition Cas d’Ecole, galerie Cri D’art, Amnéville-les-Thermes (Metz)

 

2006   Exposition Cas d’Ecole, Espace Culurel l’Usine à Zabu, St Germain-des-Angles (Evreux)

 

2006   Exposition Cas d’Ecole, galerie Daniel Duchoze à Rouen

 

2003  "La Mémoire et La Mer" Exposition à la galerie d’art contemporain Daniel Duchoze, Rouen.